La cupping thérapie

Un peu d'histoire

La thérapie par les ventouses ou cupping thérapie a été dans toutes les cultures de l’humanité, un réflexe thérapeutique. Les plus vieux écrits connus à ce jour remontent à l’ancienne Égypte en 1550 avant J.C. Plus tard, Hippocrate, (460 - 337 avant J.C.) utilise largement les ventouses dans les maladies rhumatismales, les encombrements bronchiques, et certaines affections gynécologiques. Chez les Romains, c'est l’érudit Aulus Cornelieus Celsius (25 av. J.C. - 50 apr. J.C.) qui leur dédie un ouvrage intitulé De Medicina Libri Octo. Les arabes les utilisaient également très largement puisqu’on trouve dès 1850 av. J.C., des traces écrites attribuées à Mohamed Ben Za Héréfic.
En chine, les traces les plus anciennes renvoient à Suwen et Ling Shu, les canons de la médecine chinoise. Elles sont à ce jour encore très employées.
Les ventouses connaîtront un grand succès jusqu’au début du XIXe siècles. Elles vont pourtant disparaître peu à peu dès le début du XXe siècle des pratiques des sociétés industrialisées, laissant la place à la médecine des médicaments.

Elles reviendront à la mode suite aux J.O. 2016 où de grands sportifs comme Michael Phelps exhibent fièrement les traces des ventouses.

L’état de santé et la maladie

La santé est une expression vitale, qui résulte des conditions naturelles de la vie de l’individu, en adéquation avec son environnement biologique. La maladie est donc vue comme un procédé vital d’autodéfense, en réaction à des éléments pathogènes externes ou internes.

L’homme est un monde en miniature. Son état de santé résulte d’un équilibre très fin entre forces biologiques, énergétiques et psychiques. Quand l’individu est sur son chemin de vie, en adéquation avec sa nature profonde, l’énergie, les liquides du corps et les émotions circulent librement dans le corps. Lorsqu’un déséquilibre apparaît, ces différents constituants se « bloquent », occasionnant des stases et et des « vides ».

C’est déséquilibres sont un terrain prédisposant le corps à la pathologie. Les ostéopathes ainsi que beaucoup d’autres thérapeutes, recherchent donc ces « stases » afin de les libérer et permettre au corps recouvrir la santé.

Principes d’action des ventouses

Le procédé mécanique de la ventouse s’explique par la création d’un vide partiel à l’intérieur de la ventouse. Cette différence de pression devient le vecteur de mouvement des liquides, dans le sens des hautes pressions vers les basses pressions. La congestion cutanée qui se met en place élimine les facteurs pathogènes. Ainsi les ventouses génèrent des micro-traumatismes contrôlés qui se manifestent par des hématomes cutanés. Dans de rares cas, les ventouses peuvent également occasionner des cloques qui sont le signe d’une inflammations sous-jacente. Ce n’est pas grave, c est même plutôt bon signe. Cela montre l'efficacité des ventouses sur la zone inflammée.

Effets des ventouses


- La création d’une différence de pression détoxifie le corps. Les ventouses drainent les toxines de l’intérieur vers l’extérieur. Des capillaires sanguin vers les pores de la peau.
- Le micro-choc généré par la ventouse provoque la décharge d’histamine, un vaso-dilatateur alvéolaire naturel qui   Libère les stases et permet la libre circulation des liquides. En recirculant, le sang véhicule les nutriments, l’oxygène et les facteurs de signalisation. Cela optimise la récupération et la cicatrisation des tissus.
- En déprimant la peau, elles vont travailler sur les fascias et les adhérences. Elles vont de ce fait redonner de l’élasticité à la peau et une meilleure adaptation des tissus sous-jacents. La ventouse est un outil redoutable sur les cicatrices. Elles stimulent la production de collagène.
- Lors de la pose, elles génèrent une douleur transitoire qui favorise la production d’enképhalines. Cette hormone est un antalgique naturel qui va endormir la douleur.
- Elle agit également sur le système neurologique. Notre peau est le reflet superficiel de se qu’il se passe en dessous. Elle est innervée par les mêmes nerfs qui innervent les organes. Ainsi en agissant sur la peau, on agit sur les organes associés. On parle de « boucles réflexes ».
- Placées sur des points d’acuponcture, elles favorisent la libre circulation des énergies.
- Les ventouses provoquent une stimulation phagocytaire ( activation des phagocytes) qui vont recycler les cellules trop âgées ou déficitaires. Elles vont donc avoir une action positive sur le système immunitaire et favoriser la production de cellules saines.

En résumé, les ventouses diminue l’inflammation détendent les muscles, détoxifient le corps, libèrent les stases, favorisent la cicatrisation, stimulent le système immunitaire, redonnent sa souplesse à la peau, endorment la douleur et génèrent une sensation de relaxation et de bien-être.

Indications :

- Affections rhumatologiques (polyarthrite rumatoïde, spondylarthrite enkilosante, capsulite rétractile ...)
- Tendinopathies : tendinite, tenosynovite...
- Œdèmes
- Syndrome du canal carpien
- Entorses
- Torticolis
- Épine calcanéenne
- Crampes
- Coxarthrose
- Douleurs musculaires
- Lombalgie, sciatalgie, hernie discale
- Cervicalgie, névralgie cervico-brachiale
- Dorsalgie
- Pathologies viscérales
- Baisse du tonus énergétique lié au stress
- Autres...
- Affections rhumatologiques (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, capsulite rétractile ...)
- Tendinopathies : tendinite, ténosynovite...
- Œdèmes
- Syndrome du canal carpien
- Entorses
- Torticolis
- Épine cananéenne
- Crampes
- Coxarthrose
- Douleurs musculaires
- Lombalgie, sciatalgie, hernie discale
- Cervicalgie, névralgie cervico-brachiale
- Dorsalgie
- Pathologies viscérales
- Baisse du tonus énergétique lié au stress
- Autres...

Les ventouses utilisées au cabinet

Ce sont des ventouses dites « à froid ». Elles sont posées sans flamme, en utilisant pompe qui vient faire le vide à l’intérieur de la ventouse.Ce sont des ventouses dites « à froid ». Elles sont posées sans flamme, en utilisant une pompe qui vient créer le vide à l’intérieur de la ventouse. Il n'y a de ce fait pas de risque de brulure.

Durée de pose

Selon le motif et la constitution corporel du patient. Le temps de pose est de 7 min au moins. Elles peuvent rester en place jusqu’à 20 min.
Chez l’enfant de 4 à 7 ans : Maximum 5 min.
Chez l’enfant de 7 à 12 ans : entre 5 en 10 min.
Chez l’enfant de 12 à 14 ans : jusqu’à 15 min.
Selon le motif et la constitution corporelle du patient. Le temps de pose est de 7 min au moins. Elles peuvent rester en place jusqu’à 20 min.
Chez l’enfant de 4 à 7 ans : Maximum 5 min.
Chez l’enfant de 7 à 12 ans : entre 5 en 10 min.
Chez l’enfant de 12 à 14 ans : jusqu’à 15 min.

Contre-indication relatives et absolues

- insuffisance cardiaque et cardiopathie sévère.
- Sujet hémophile
- Chez la femme enceinte, prudence au-delà du 3e mois de grossesse, pas d’application sur l’abdomen.
- Chez les malades de haute fièvre avec convulsion.
- Plaies ou ulcères chroniques.
- Maladies cutanées (même d’origine infectieuse).
- Phlébites
- Tuberculose évolutive
- Tumeur malignes
- Foyers de fractures
- Attention pendant les périodes menstruelles.
- Pas de ventouses sur l’enfant de moins de 4 ans.
- insuffisance cardiaque et cardiopathie sévère.
- Sujet hémophile
- Chez la femme enceinte, prudence au-delà du 3e mois de grossesse, pas d’application sur l’abdomen.
- Chez les malades de haute fièvre avec convulsion.
- Plaies ou ulcères chroniques.
- Maladies cutanées (même d’origine infectieuse).
- Phlébites
- Tuberculose évolutive
- Tumeur malignes
- Foyers de fractures
- Attention pendant les périodes menstruelles.
- Pas de ventouses sur l’enfant de moins de 4 ans.

Suite du traitement

En favorisant la circulation sanguine, les ventouses créent des hématomes qui peuvent être un peu douloureux pendant les deux à trois jours qui suivent la séance.

Les marques provoquées par les ventouses peuvent être considérées comme des micro lésions contrôlées qui par la suite favoriseront la cicatrisation des tissus. Elles peuvent rester visibles pendant plusieurs jours, parfois quelques semaines.

Parfois, la peau peut cloquer, faisant sortir un peu de liquide interstitiel et de lymphe. Pas de panique, cela traduit juste un état inflammatoire sous-jacent. En séchant, les cloques peuvent gratter et crouter. Il est important de les désinfecter et d'y toucher le moins possible.

Les ventouses ne laissent jamais de traces définitives.

LE CABINET

Bâtiment le cercle.

Lieu dit Le lautaret.

04340 Ubaye-serre-ponçon

NOS HORAIRES

Lundi, mardi, mercredi et vendredi de 09h à 20h.

Samedi de 09h à 13h.

NOUS CONTACTER

  • Facebook

Nous suivre sur facebook